Commune de Pallud

Flash info

FÊTE DE LA MUSIQUE 17 JUIN

Accueil > La commune > Histoire

Histoire

Origine du nom

L’origine du nom Pallud reste incertaine, l’appellation du village a changé au cours du temps, nous retrouvons notamment :

Palud ou Pallud domaine d’un home du nom de Palud ou Pallud
Palludis 1139 (Besson)
Ecclesia de Paud 1184 (Besson)
Ecclesia de Palude au XIVème  (cartulaire sabaudia)
Pallud 1738 (cadastre)
Belle-Arête (1793)

Géographie

À l’époque romaine, Pallud fut un lieu de passage obligé sur l’axe reliant Milan à Genève, en passant par Albertville (l’ancien pont de bois face à la rue Bugeaud, puis Saint-Sigismond, la Croix de l’Orme, Pertuis, Létraz, Faverges, et Annecy. Jusqu’au début du XIXème  siècle, la route provinciale menant d’Albertville à Ugine se situait sur le tracé de l’ancienne route de Pallud, suivait la route communale actuelle puis passait par le chemin dit: « de Pierre Taillée » jusqu’au pied de la commune de Thénésol. La route directe vers Ugine, longeant l’Arly, dont le chantier débuta seulement en 1813, a été achevée en 1817. La route départementale actuelle reliant Pallud à Albertville fut mise en service en 1866. Sur les anciennes cartes postales nous pouvons voir que les coteaux de Pallud depuis le Chaudan étaient recouverts de vignes. Il a dû en être ainsi depuis fort longtemps. Dans une lettre de 1769, adressée à Monsieur de Bongain, nous lisons à ce propos :

« …vous m’avez envoyé de votre vin blanc, je le trouve fort bon, et je crois qu’il est temps de le mettre en bouteille pour lui conserver sa force ».

Évolution de la population

Evolution population

 Rattachement administratif

Ancien régime :

  • Intendance : Savoie propre
  • Parlement : Chambéry
  • Judicature-Mage : Chambéry
  • Mandement : L’Hôpital (ancien nom d’Albertville)
  • Diocèse : Tarentaise
  • Archiprêtré : saint Jean-Baptiste

Période révolutionnaire :

  • District : Chambéry
  • Canton : L’Hôpital
  • Province : Haute Savoie

La famille de Bongain et la demeure de Beauvoir

Depuis Albertville, nous apercevons une importante bâtisse à trois étages qui surplombe la ville.

Maison Beauvoir

En 1497, Antoine de Bongain épouse Louise de Saint-Jeoire, de la paroisse de la Palud, au mandement de Chevron en Tarentaise. Elle apporta à son mari la maison forte et biens de Beauvoir. Les époux s’établissent à Pallud. Jean de Bongain lui succède.

« Il demeura dans Pallud pour conserver et rétablir la maison que divers accidents de guerre, de querelles et incendies avaient notablement affaiblie sous son père qui avait tué en duel un des seigneurs de la maison de Beaufort ».

Sa maison fut aussi pillée et brûlée quand le roi François Ier envahit la Savoie et les états de S.A.S Charles le Bon en 1535.

La demeure a connu des améliorations successives. Son architecture révèle des éléments datant du XVe siècle et essentiellement du XVIIe siècle. Une poutre peinte ornée de motifs, qui appartenait au plafond de la salle à manger, porte la date de 1678. Sur le porche abritant la partie supérieure d’une superbe grille en ferronnerie, nous pouvons lire celle de 1669. L’édifice comprenait un étage supérieur et quatre tourelles (certainement des échauguettes, car il ne subsiste aucun vestige de ces constructions, ni à la base du bâtiment, ni dans les combles).

Ces éléments furent démolis à la Révolution. La partie supérieure de la petite tour Ouest, à l’entrée de la cour intérieure, toujours visible sur une carte postale de 1910, n’a pas pu être conservée par la suite. Juché sur son promontoire rocheux l’édifice devait avoir fière allure.

On peut lire ce témoignage datant du 16 octobre 1813 : « On passe près du Château de Bongain (à Pallud), qui est bien plus haut que quatre fois celui d’Annecy, et qui semble par son élévation, plutôt reposer sur les nuages que sur la terre ».

Après avoir appartenu durant quatre siècles à la famille de Bongain, en 1848 le bâtiment fut cédé par Marie-Thomas de Bongain à la commune de Pallud, celle-ci l’aménagea en mairie-école. En 1974 il fut acheté par les actuels propriétaires.

Armoiries et blason

Pallud n’avait pas de blason jusqu’à ce jour, suite à des recherches approfondies, un blason relatif à la famille Bongain a été découvert, il est intégré graphiquement dans le « U » de « Pallud » sur le bandeau du site.

armoirieARMORIAL / BONGAIN (DE) en latin : BONI LUCRI

Selon les manuscrits, portaient pour supports deux dauphins et un autre dauphin pour cimier, selon un sceau apposé dans un acte de 1770, deux lions pour supports et une licorne pour cimier.

DEVISE : BONUM MIHI PRO DEO PATRIA ET PRINCIPE MORI LUCRUM

 

Au fil du temps…

1170 : La paroisse de Pallud passe sous la dépendance du chapitre de Moûtiers.
1530 : Lors de l’investiture de Jean et Blasia, époux de Pallud, il est fait mention d’un château à Pallud.
1561 : Il n’y a pas de gabelle du sel pour Pallud.
1729 : Agrément de la mappe sarde, réalisée par les géomètres Jean Caille et Antoine Maria Crosti, assistés par les indicateurs Jacques Combardonnet, Michel Charles et par les estimateurs Jean Pachou, Jean Richon et Louis Migniet. On relève 132 maisons, 100 granges, 39 masures et ruines, 5 greniers, 56 celliers (village des celliers), 1 pressoir, 11 fours, l’église, la maison curiale et le cimetière la chapelle à Decharno (village de Barmon) et 1 chapelle de Létraz. On a levé 3441 parcelles dont beaucoup sont en vigne, on trouve quelques parcelles de bruyères et de marais. (CGS. ADS C 3605) Il apparaît déjà la chapelle de Bermond, quant à la chapelle de Létraz, elle a été détruite pour être remplacer vers 1820 par la chapelle actuelle.
1848 : La commune achète à Thomas Bongain le bâtiment dénommé « le château » avec ses dépendances : jardins, écuries, cours pour y installer la mairie, les écoles et le presbytère pour la modique somme de 7600 f. Un projet d’aménagement est fait par l’architecte Mattola. (CGS. ADS 2 O 2057, 11 FS 458)
1857 : Parution d’une brochure de 49 pages de Pierre Louis Molière qui s’engagea dans les armées du premier consul en 1800 et fit les campagnes de l’empire : 1806, en Prusse, l’Espagne, la campagne d’Allemagne en 1813. Il revient à Pallud le 2 août 1814 et rédige son histoire.

«… Elle [ l’armée russe] fut forcée de passer sur un lac qui se trouvait gelé et comme il y avait fait de la neige les jours précédents, qui couvrait la glace, les Russes ignoraient à ce qu’on a cru qu’il y avait là un lac; ils ont pris cette route voyant que ce point n’était pas gardé par les Français, afin de rejoindre leur armée. L’Empereur des Français, ayant vu les Russes sur le lac, fit jeter des obus sur le lac, qui cassèrent et brisèrent la glace. Jamais je n’ai vu un spectacle si triste, si touchant, des masses de soldats culbutaient dans l’eau avec les glaçons qui chaviraient ; d’autres se prenaient par la capote et tous disparaissaient dans ce gouffre. Quoique nos ennemis, cela nous fendait le cœur de les voir périr de la sorte. L’ennemi repoussé sur ce point et voyant périr aussi ceux qui se trouvaient sur le lac, dix mille déposèrent les armes et un grand nombre fut tué et blessé, vingt mille périrent dans le lac… »

(extrait de la brochure –  Un grognard de Pallud – Imprimerie de Rivollet 1857)

1866 : Création de la route CD104 qui part de l’église d’Albertville pour se rendre à Pallud puis à Mercury.
1872 : Les écoles sont installées dans une maison achetée en 1869 à M Bongain (ancien presbytère jusqu’en 1864) Le jardin a été attribué 2/3 à l’institutrice et 1/3 (2a66) a été louée à l’instituteur qui  a installé une pépinière pour initier ses élèves au greffage des arbres. La commune voudrait l’échanger avec une place publique exposée au nord. L’inspecteur d’académie pense que ce jardin est une dépendance nécessaire à l’école refuse la proposition de la commune. (CGS. ADS 2 O 2058)
1889 : Réfection du toit du préau de l’école des filles, il s’est écroulé sous le poids de la neige; La partie de la toiture de la maison d’école non réparée en 1882 menace ruine. Estimation 4 500 f avec construction d’un WC et agrandissement des salles.
1905 : Construction du CV 4 qui relie le hameau des Chapelles à Létraz, il a été commencé le 16 10 1905 (CGS. ADS 2 O 2059)
1920 : Projet de réaliser le monument aux morts en marbre bleu de Savoie par Mme Nozet (5837 f). Il y a eu 22 morts de la commune. (croquis) (CGS. ADS 2 O 2060) Installé en premier au carrefour au pied du chemin de l’église, il fut transporté derrière le hangar communal à côté de l’école en 1993, il trouve finalement sa place près du cimetière lors de l’aménagement de la salle communale en 2009.
1924 : Constitution du premier syndicat d’électrification couvrant les communes allant de Outrechaise près d’Ugine jusqu’à Tournon.
1934 : Projet d’adduction d’eau dans toute la commune avec une source à 1 400 m entre la pointe de la Sellive et le col de l’Arpettaz.(CGS. ADS 2 O 2060) En 1949 un rapport du géologue Paul Guidon fait état du très peu d’eau disponible sur la commune. La composition du sol fait que très peu d’eau s’infiltre donc il y a peu de restitution après infiltration. Il y a des écoulements nombreux mais peu abondants, aussi en période sèche il n’y a plus d’eau sur le territoire. Aucun puits n’a été creusé ce qui veut dire qu’il n’y a pas de réserves souterraines. Les gens du village ont donc pris l’habitude de construire des citernes. Il serait préférable de chercher d’autres sources dans les pentes de la chaîne Dent de Cons-Belle étoile.
1958 : Création du Syndicat des Eaux de la Belle Etoile Premier président Mr LACHENAL, maire de Pallud. La commune de Pallud achète deux sources à Allondaz, la Source des Déserts et la source de la Vierge.
1961 : Travaux de construction du réseau d’eau Construction de 4 réservoirs Bermond, Lançon, Chef-lieu et Jonchet . Le branchement de toutes les maisons de Pallud sera terminé en 1962 suite au creusement des dernières canalisations par l’entreprise Felter, adjudicatrice pour avoir proposé un creusement manuel des tranchées.

Un jour la suite de l’histoire !!!

Nous vous invitons également a consulter le site personnel de Mr JOGUET LAURENT Jean Paul qui a fait un travail et continu de faire un travail remarquable sur l’histoire et les petites histoire de Pallud.